Contribution à la réflexion sur Les Halles Laissac

Dans un article paru dans l’édition midi libre Montpellier du lundi 27 octobre, Monsieur Saurel peine à trouver un positionnement sur le dossier majeur qu’est celui de la revitalisation du secteur Jeu de Paume-Halles Laissac.Dans ce secteur stratégique, le Maire de Montpellier ne sait toujours pas s’il va fermer les halles Laissac, détruire le parking ou pas. Il ne sait pas non plus dans quel délai.

Afin de lui faire des propositions plus constructives, il convient de se saisir de ce débat important pour l’attractivité économique de notre centre ville.

Je suis favorable à la destruction des Halles et Parkings Laissac actuels. Mais nous devons reconstruire. La destruction répond à un nécessaire respect de normes de sécurité, de l’intérêt esthétique du quartier et à la valorisation du Jeu de Paume.

Nous devons reconstruire sur cette place des halles légères, sans étage pour créer une véritable place piétonne mettant en valeur la Tour de la Babotte et créant un point de départ d’un circuit commerçant en bas du Jeu de Paume.

Il convient de conserver des places de parking en sous-sol comme complément « courte durée » du parking nouveau Saint Roch situé à 300 mètres.

Il faut alterner le bus et le tramway sur les rails du tramway afin d’économiser l’espace utilisé par des véhicules.

Enfin, cette étape réalisée, nous devons mener une stratégie d’attraction et de prospective pour le Jeu de Paume. Par le dialogue et en privilégiant les acteurs locaux, la création de nouvelles enseignes entrainera un cercle vertueux sur l’attractivité économique du boulevard.

Sur le financement, le Maire de Montpellier estime au doigt mouillé que la création d’un parking en sous-sol et la reconstruction des halles actuelles couteraient environ 13 millions d’euros dont nous ne disposons pas. A ce titre, les services de la Mairie de Montpellier estiment que le Droit d’entrée du concessionnaire sur le parking Nouveau Saint Roch (que nous receptionnerons en 2015) devrait rapporter environ 17 millions d’euros dès l’année prochaine. De plus, nous avons aujourd’hui des taux d’intérêts d’emprunt historiquement bas (inférieurs à 1,4%). Enfin, s’il y a volonté politique, il est possible d’imaginer des procédés contractuels évitant un préfinancement par la collectivité.

Pour construire de tels projets, il convient de savoir ce que l’on met en priorité dans l’action publique :
– L’effet d’annonce ou la mise en place de projets structurants?
– Préfère-t-on dépenser des millions à la Mogère pour une gare contestée ou préfère-t-on reconstruire la ville dans la ville pour améliorer la qualité de vie des Montpelliérains ?

IMG_1473.JPG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s